Test de Linux Mint 14

thumb_linux-mint-14-logo

Linux Mint 14

Introduction

Linux Mint 14, publié en Décembre et surnommé « Nadia », est chargé avec une horde d’améliorations pour chacun de ses quatre environnements. Certes, il n’est pas nécessaire de faire évoluer son système lorsqu’une nouvelle version arrive, mais Nadia vaut vraiment le coup. C’est ce que vous découvrirez dans cet article.

La distribution Linux Mint est devenue populaire très rapidement. Démarré en 2006, ce système d’exploitation est devenu un incontournable et se classe maintenant parmi les grands. Certaines statistiques la place devant Ubuntu.

Cette dernière version relève de la continuité et de son lot d’améliorations. Donc, vous n’y serez pas dépaysés mais plutôt enchantés de par le confort qu’elle ajoute par rapport à ses versions antérieures, soit Mint 12 ou 13. Les nouveaux utilisateurs de Linux Mint trouverons cette transition plutôt facile qu’ils partent de Ubuntu avec Unity ou d’une autre distribution avec le vieux bureau Gnome.

Si vous ne connaissez pas tous les détails qu’apporte cette nouvelle version, vous les découvrirez assez vite en l’utilisant sur une courte période. Vous remarquerez de nouveaux logiciels et une augmentation des performances. Sous Linux Mint 14, il y en a pour tous les goûts car la distribution est déclinée en plusieurs éditions allant avec votre préférence du bureau : l’édition « Cinnamon » offrant le bureau Gnome 3 ; l’édition « KDE » ; l’édition « XFCE » ; et si vous préférez vos vieille habitudes avec le bon vieux Gnome 2, c’est l’édition « MATE » que vous choisirez.

Machine de test

Carte mère Asus P5KC, processeur Intel Xeon X3360 (cousin du Q9550 pour mieux vous situer), 4 Go DDR3, carte graphique NVidia GeForce BFG 9600 OC, disque dur SSD Kingston 64 go pour la partition racine et un Western Digital 1 To pour la partition /home. À cela, est reliée en réseau une imprimante Brother DCP-7065dn. Mentionnons un clavier Microsoft Sidewinder X6. Ce PC a tout de même près de 5 ans, ce fût un bon investissement à l’époque mais il est encore très performant.

Installation fraîche requise

La mise à niveau vers une nouvelle version de Linux Mint n’est pas sans embûches. D’ailleurs, le fondateur de la distribution, Clément Lefebvre, n’est pas un fan des mises à niveau. Il déplore le potentiel de corruption de fichiers et de l’encombrement des paquets restants. Sa solution consiste à installer la nouvelle version soit sur une nouvelle partition ou de l’écrasement de la partition système de la version antérieure. Toutefois, ce processus ajoute du travail manuel à l’utilisateur. Bien entendu, vous pouvez utiliser les applications de sauvegarde intégrés à Linux Mint afin d’archiver et de restaurer vos fichiers de données mais la restauration n’est pas toujours sans problèmes.

Autre petit désagrément, si vous faite la mise à niveau avec le DVD, il vous faudra aller modifier les sources de dépôts logiciels (sources.list) afin de les ajuster pour la version 14.Lors de l’installation on a trois choix : installer en cohabitation ; effacer le contenu du disque et installer ; ou autre, qui vous permet de configurer vous-même les partitions.

Pas parfait

Bien que la première approche est très accueillante, ceux qui aiment installer plusieurs environnements graphiques seront déçus… Bon, peut-être ce problème sera corrigé sous peu, mais à la rédaction de ce texte, il est impossible de passer à d’un environnement à l’autre par un des gestionnaires de connexion : l’environnement concurrent ne fait pas parti de la liste du gestionnaire utilisé, peu importe le gestionnaire.

Les améliorations esthétiques

Linux Mint 14 contient quelques améliorations esthétiques dont la distribution avait grandement besoin. Par exemple, l’écran de bienvenue (MDM) qui est très rafraîchissant. MDM prend désormait en charge les thème GDM 2 (Gnome Display Manager), avec pas moins de 30 thèmes installés par défaut et environ 2 000 disponibles en téléchargement car il est compatible aux thèmes GDM 2. Encore mieux, c’est tellement facile de créer ou de modifier des thèmes, que vous n’aurez pas le goût d’en télécharger et vous préférerez vous fabriquer quelque chose de plus personnalisé. Un point fort est la possibilité d’ajouter un avatar ou votre photo dans la liste d’utilisateur.

Un autre changement est la possibilité de changer l’utilisateur à partir de l’écran de verrouillage. Pour cela, sélectionnez « Menu / Outils systèmes / Pseudo / Nouveau ». Ou encore utiliser l’autre méthode de verrouillage de l’écran en cliquant sur le bouton « Changer d’utilisateur ».

Aussi, lorsqu’on installe le système d’exploitation à partir de zéro grâce au Live-DVD, la langue de molière ne s’installe pas au complet. Les messages systèmes sont bien en français mais KDE et Firefox restent en anglais. Il faut donc parcourir les paquetages dans le gestionnaire de logiciels (Synaptic) et installer les « languages packs » pour le français puis ensuite aller le spécifier dans le panneau de configuration de KDE. Il aura même fallut désinstaller le pack anglais de Firefox pour lui forcer à prendre le français.

Esthétiquement, c’est vraiment du beau travail ! Il y a ce petit effet de « Wow ! » Linux Mint intègre une collection de fonts d’écran très colorés et raffinés pris par les photographes Al Butler, Nicolas Goulet et Steve Allen.

Bureau Cinnamon

Bureau KDE

Le thème est très bien harmonisé. Les icônes sont mieux travaillés et ont un effet de reflet et il y a beaucoup plus de thème d’icônes disponibles.

Gestionnaire de mises à jour

Dites adieu aux bogues et gèles lorsque vous ouvrez le gestionnaire de mises à jour. Ce dernier n’utilise plus aptdaemon, le coupable de tous ces problèmes. Son remplaçant est Debconf et son client apt. Le résultat est une meilleure navigation dans le gestionnaire d’applications.
Les habitués de Debian seront ravis de constater que Synaptic est installé par défaut. Cependant, l’option de mise à jour est désactivée afin d’éviter les croisements entre Synaptic et le gestionnaire de mise à jour de Mint.

Gestionnaire de mises à jour

Le nouveau gestionnaire de mises à jour tourne sous root. Ceci élimine le besoin d’entrer le mot de passe administrateur à chaque fois. Aussi, lorsque les paquetages choisis sont installés, la page se rafraîchit automatiquement.

Gestionnaire de logiciels

Chercher un logiciel est maintenant moins aventurier. Vous pouvez maintenant configurer ou désactiver la recherche pendant que vous écrivez.

Vélocité

Ayant testé plusieurs distributions jusqu’à présent sur mon nouveau disque dur SSD, Linux Mint 14 se révèle la plus véloce. Aussi, les fans de KDE 4 seront « enfin » servis. En effet, KDE 4.9 se révèle être la version la plus fluide de la quatrième génération de KDE. Vous savez ce changement de bureau virtuel sur un cube, eh bien il ne lag plus lorsque tous les bureaux sont remplis de fenêtres ! On ne note plus ces petits ralentissements avec les effets de bureau et c’est très stable. Remarquez que si KDE 4.9 est très performant, imaginez les trois autres environnements de bureau disponibles sous Mint ! XFce roule du tonnerre !
Auparavant, lorsque vous lanciez une application Wine (émulation Windows), c’était un peu plus long qu’une applications native : maintenant il n’y a plus de différence.

De plus, le SSD aide sûrement à la cause, mais de Grub au gestionnaire de connexion, à peine 1 seconde s’écoule. En comparant avec OpenSUSE 12.2 récemment testée, celui-ci met 5 secondes pour démarrer. Il est difficile de faire mieux du côté de Mint. L’ordinateur a cinq ans d’âge et il n’a jamais été aussi rapide avec une distribution Linux.

Reconnaissance matérielle

Presque tout a été reconnu du premier coup. Évidemment, il faut installer le pilote Nvidia via le gestionnaire de logiciel. Et seule l’imprimante a été une plaie à installer. Déjà qu’il a une marche à suivre assez particulière décrite sur le site de Brother, il a fallut tout de même galérer un peu pour installer la Brother DCP-7065dn car le gestionnaire d’imprimante de KDE ne semble pas fonctionner correctement. Il a fallut ajouter l’imprimante dans Cups par le biais du navigateur à l’adresse « http://localhost:631/ ».

Le clavier Microsoft Sidewinder X6 est bien reconnu et les touches multimédia fonctionnent. Bien entendu les touches macros ne fonctionnent pas mais quelques astuces existent sur la toile pour arriver à les faire fonctionner.

Mot de la fin

Belle, véloce, performante et améliorée. Que dire de plus ! Les petits problèmes rencontrés seront vite enterrés par les points positifs. Cette distribution est à essayer si vous ne l’avez pas encore fait !

Sébastien Gagnon – 09-02-2013

Relu par Yann ;-)

6 commentaires

  • Bonjour,

    Merci pour ses information et le bureau Mate, quand pensez-vous ?

    Fabien.

  • Je n’ai pas testé mais que dire de Gnome 2!

  • bonjour, j’ai lu avec intérêt votre article.
    comme pour Windows, les éditions linux évoluent et sont plus gourmandes que les précédentes.
    quel serait la distrib la plus adaptée pour un mono proc tournant à 1,8ghz, 1024 de ram… ?
    bref pour une vieille machine déclassée ?
    ce qui n’est pas du tout comparable avec le matériel utilisé pour ce nouvel opus linuxien.
    perso, je ne me suis pas encore lancé dans le monde linux, mais pour une utilisation basique de net, mails et… c’est tout (!) si, une dernière, en français ! – vieille machine de mes parents -
    merci pour votre réponse !
    idfixe76

    • Bonjour idfix76 j’ai une config qui se rapproche de la tienne pentium 4 avec 2.2ghz et 2go de ram je suis sur mint 14 mate avant j’etais sous xubuntu 12.04 mais j’ai changé parce qu’il ne reconnaissait pas mes balladeurs ! mint 14 mate est sympa même si sur you tube impossible de visionner une video en plein ecran l’ordi suit plus et en petit format la charge du proco est de 100% !!!! sinon j’ai eu crunchbang pas mal pour les petites config mais je me suis lassé du gris …j’ai eu puppy slacko tres rapide mais manque de logiciels a tester pour toi.:)

      • @idfixe76 : pour des personnes qui ne veulent pas de soucis, LM 13 MATE, c’est une LTS (soutenue jusqu’en 2017). Aucun problème sur cette config. Éventuellement, cocher les dépôts « backport » dans les sources de mises à jour pour profiter d’éventuelles améliorations des versions à partir de LM14.
        RDV sur linuxmint-fr.org si nécessaire !

  • merci pour ce test, GG.

    j’ai essayé cette version de Linux Mint, après la version 13 LTS. les deux avec cinnamon comme bureau.
    ce sont toutes les deux de bonnes distributions. mais je les ai remplacées par Debian 7.0 Wheezy.

    mais bon après plus de 7 ans sous Linux, rien de mieux qu’une bonne vieille Debian en version stable, testing ou unstable. rien de mieux pour apprendre, comprendre et maitriser son système.

    @idfixe76 : pour son ancienne configuration, rien de mieux que Debian ! tu peux choisir Debian 7.0 Wheezy qui sera bientot en version stable. tu seras tranquille pendant deux à trois ans. avec le bureau Xfce ou LXDE.

    @+ petitbob